Requalification de 242 CDD d’interim en CDI = droit à indemnités de rupture + rappel de salaires

Monsieur X, engagé par l’entreprise de travail temporaire Randstad, a été mis à disposition de la société Plastic omnium auto extérieur, équipementier automobile, du 23 mai 2005 au 3 juillet 2008 dans le cadre d’une succession de deux cent quarante et un contrats de mission en raison d’accroissements temporaires d’activité ou pour remplacer des salariés absents.

Suite de l’article …

Cour de cassation, 19 juillet 2014 n°13-12459 :

« Mais attendu qu’ayant relevé, d’une part que l’activité d’équipementier automobile est par nature soumise à un renouvellement permanent des produits fabriqués, les modèles de voiture évoluant durant leur période de succès commercial pendant quelques années avant d’être remplacés par d’autres, une telle évolution étant prévisible et anticipée, de sorte que le développement des commandes ou les commandes de nouveaux produits s’inscrivaient dans le courant normal de commandes de ce type d’entreprise et, d’autre part, que l’entreprise utilisatrice avait eu recours à l’emploi intérimaire dans une proportion importante de ses ressources humaines comme une variable d’ajustement susceptible d’assurer l’équilibre économique du marché, la cour d’appel, qui n’avait pas à procéder à une recherche ou à répondre à des conclusions que ces constatations rendaient inopérantes, par ces seuls motifs, en a exactement déduit que le recours au travail temporaire avait eu pour objet ou pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise utilisatrice ; que le moyen n’est pas fondé ; »

« Mais attendu qu’ayant relevé que la succession des contrats et le recours systématique au report possible de la date de fin de mission initialement convenue, sans délai de prévenance, avaient créé une confusion quant à la durée effective de la mission, de sorte que le salarié, qui ne connaissait les dates de début de mission qu’au fur et à mesure qu’il les effectuait, avait dû se tenir constamment à la disposition de l’entreprise utilisatrice, la cour d’appel en a exactement déduit que des rappels de salaires, dont elle a souverainement apprécié le montant, étaient dus par cette entreprise pour les périodes intermédiaires ; que le moyen n’est pas fondé ; « 

Mais attendu que la cour d’appel a relevé que la pratique de la société Randstad consistant à faire signer à son salarié une succession de contrats avec le recours systématique au report possible du terme de la mission avait entraîné une confusion quant à la durée effective de la mission et placé le salarié dans une situation de mise à disposition quasi permanente auprès de l’entreprise utilisatrice ; qu’il en est résulté une situation objective de précarité dont les deux sociétés sont responsables ; qu’elle a pu en déduire que la société Randstad, qui avait concouru par sa faute au dommage subi par le salarié, devait être condamnée in solidum avec la société Plastic omnium auto extérieur à en supporter les conséquences ; que le moyen n’est pas fondé ; »